Le corps-instrument

" Mis en jeu dans l'activité quotidienne, le corps est la médiation de l'individu face au monde qui l'entoure. C'est par le corps que l'individu, matériellement, se situe par rapport à ce qui lui est extérieur. Le corps agit ainsi en interface, à la fois parce qu'il se situe concrètement dans un environnement qui, à son tour, le situe, et à la fois parce qu'il est l'agent de la modification concrète de cet environnement qui, en retour, le modifie également. Les moindres de ses mouvements, de ses façons d'être-au-monde sont ainsi des manifestations de ce corps-instrument, sans que cette expression suppose le moins du monde la résurgence d'une pensée dualiste qui poserait l'immanence du corps mû par une conscience ou une intentionnalité qui le transcenderait: il s'agit au contraire de restituer à l'existence corporelle la dimension culturelle de qui semble le plus naturel. Ainsi, le corps, condition matérielle de la venue au monde, est aussi celle de l'être au monde. Par le fait même d'exister dans telle ou telle société, par l'action répétée de son travail, le corps se définit comme organisme spécifique, historiquement et géographiquement situé.(...)

Le corps agit ainsi dans la communication à deux niveaux: d'une part, il est mémoire, incorporation, incarnation du code; d'autre part, il est signe. D'une part il est langue, d'autre part, il est parole. Dans tous les cas, son usage comme support des sens est culturel.(...)

Derrière la ritualisation du corps, manifestation culturelle incorporée au point de devenir seconde nature, se profile la domination. Les usages sociaux du corps, s'ils naturalisent des identités, ne sont pas neutres, mais deviennent des lieux et des enjeux de pouvoirs. Pouvoir social, pouvoir masculin, pouvoir politique, pouvoir savant contre usages populaires, le corps est le principe et le but de l'exercice du pouvoir, le moyen et la fin de la domination, en la naturalisant. La domination du corps d'un individu par un autre est polymorphe, à la fois exploitation du corps réel et de son travail et imposition de la représentation d'un savoir ou d'une représentation d'un corps idéal; les espaces de mises en jeu du corps, de la santé, du travail, du sport etc.. sont traversés par des rapports de force sociaux, politiques, sexuels. (...)

Christine Detrez "La construction sociale du corps" (Points Seuil 2002)- bibliographie très intéressante

Catégorie le corps Tag , , , . Ajouter aux favoris.

Les commentaires sont clôturés