La relation

(...) que veut dire ici  ce mot "relationnel"? (...) Il ne veut pas dire que les cerveaux de ceux qui sont sains, qui soignent prennent le relais ou même le pouvoir, sur celui des autres, pensent et décident à leur place. Il veut dire, au contraire, que l'on peut , et que l'on doit continuer à prendre en compte la singularité irréductible de celui qui n'est pas seulement un corps, ou un cerveau blessé, un visage devenu froid ou agité, apathique ou furieux, qui n'est plus seulement un sujet de droits, un citoyen, un homme ou une femme même si, jusque dans leur plus grand fragilité vitale, il faut les respecter pleinement en tant que tels, mais qui est encore lui ou elle, et nul autre, pour les autres, pour d'autres.En tenir compte, c'est tenir compte de tous les aspects: du maintien de sa liberté, des limites de sa souffrance, de sa résistance, mais aussi d'une relation qui reste, une relation avec lui, et qui est la condition de toutes les autres.

Frédéric Worms "Revivre. Eprouver nos blessures et nos ressources" ( Flammarion)

Catégorie le soin. Ajouter aux favoris.

Les commentaires sont clôturés